Chargement...

Tobie, ou revenir à la maison | CONCOURS

Le blog a eu 6 ans la semaine dernière.
Un grand héros (de petite taille) de la littérature jeunesse en a eu 10 mercredi dernier.

J'aurais voulu célébrer tout ça un peu mieux et un peu plus tôt, mais une fois de plus, le temps a passé et nous voilà déjà le dimanche 17 avril. (Oups.)

Heureusement, je reviens avec de quoi me faire pardonner et surtout de quoi écrire un article passionné, ému et émouvant. Je ne vais pas trop m'attarder et en écrire des tartines, parce que ça je l'ai déjà fait il y a trois ans (déjà ?!), et j'en ai déjà beaucoup parlé en vidéo (notamment pour mes 19 ans).

Il y a quelques jours, j'ai essayé de vous faire deviner de quoi il s'agit sur Twitter... et vous avez trouvé tout de suite !
 


Alors oui, il s'agit bien de mon Tobie. ♥


Tobie Lolness, je l'ai lu en 2006, quelques temps après sa sortie. Je ne sais pas exactement quand. Je me souviens juste l'avoir emprunté à la bibliothèque (cela devait donc faire quelques semaines ou quelques mois qu'il était paru). Et ça a été le coup de coeur.
Dans une forêt de mots à qui Timothée de Fombelle sait emprunter le panache, cette quête de soi renverse le lecteur par sa poésie, sa simplicité, sa sincérité et sa grandeur. (ma chronique de 2013)
Je me souviens avoir attendu le tome 2 et l'avoir précommandé. Je me souviens avoir vibré de tout coeur avec les personnages. Je me souviens avoir été fasciné, séduit, bouleversé par l'univers, l'histoire et le style de ce dyptique. Je me souviens avoir lu, tout excité, son premier Je Bouquine : Céleste, ma planète. Je me souviens l'avoir rencontré pour la première moi au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil en 2008. Et ainsi de suite. Des Je me souviens il y en a des poignées jusqu'à des rencontres irréelles, des amis tout près du coeur et un voyage un peu fou. Ça, c'est une autre histoire, que je vous raconterai bientôt.

Tobie Lolness, c'est ce roman, LE roman, que je cite quand on me demande quel est mon livre préféré. Celui dont je parle si on me demande quel roman a marqué ma vie. Celui que j'adule, que j'adore, que j'admire. Celui que je relis régulièrement sans jamais me lasser une seule seconde, comme s'il y avait encore des branches de l'histoire que je ne connaissais pas, alors que j'en connais tous les recoins. Celui que je redécouvre à chaque lecture. Celui dans lequel j'ai toujours quelque chose de neuf à piocher.

Quand je lis Tobie Lolness, c'est comme si je revenais à la maison.



Comme j'aimerais beaucoup que vous le (re)lisiez,
comme le blog a 6 ans,
comme Tobie en a 10 et qu'une nouvelle édition intégrale des deux tomes sort le 11 mai,
j'ai décidé de vous offrir
1 exemplaire de l'édition anniversaire de Tobie Lolness !

La photo que vous pouvez voir plus haut n'est pas une photo de cette réédition et je n'ai aucun visuel à vous proposer pour le moment, même moi je ne sais pas à quoi va ressembler le roman !
Mais j'en ai eu quelques échos, et je sais que François Place s'est remis à la tâche, que quelques petits surprises vont se glisser dans l'intégrale et que l'objet sera superbe. (MAJ : couverture ci-dessus)
J'ai tout autant hâte que vous de voir ça. Alors en attendant, vous pouvez participer au concours !

Pour cela, rien de plus simple :
  •  Vous m'écrivez un petit commentaire dans lequel vous me dites quel est votre livre préféré et/ou pourquoi vous aimez Tobie si vous avez déjà lu le roman,
  • vous ajoutez votre adresse mail (INDISPENSABLE : si j'avais vous gagnez, je dois pouvoir vous contacter)
  • vous partagez le concours sur les réseaux sociaux et vous glissez le lien avec tout ça
  • et vous postez le commentaire ! :)
Attention :
  • Concours réservé à la France métropolitaine, la Suisse et la Belgique (désolé pour les autres...).
  • Concours ouvert jusqu'au vendredi 13 mai.
Bonne chance !
Et joyeux anniversaire Tobie
Merci à Gallimard jeunesse pour l'exemplaire de Tobie Lolness.

Toi & Moi


Ici et sur ma chaîne, je parle beaucoup de moi.
Alors maintenant, j'aimerais bien qu'on parle de toi.

Parle-moi de toi, de tes goûts, de tes livres, auteurs, films, musiques, séries préférés, de tes passions, de ta vie et de tout ce que tu veux bien me raconter. Parle-moi aussi de toi et moi, où, pourquoi, comment, quand me suis-tu, qu'est-ce que tu aimes ou pas. Parle-moi de toi et de toi et moi.

Pourquoi ?
Comment utiliserai-je ensuite toutes ces réponses ?
Je ne sais pas encore. Je vais chercher une formule sympa, originale, dynamique et cool pour le faire. Je vous tiens au courant bien sûr :3

J'explique tout en vidéo si tu veux en savoir légèrement plus.


À très bientôt j'espère.
Et MERCI
Porte-toi bien

Petite nouveauté | 6 ANS

Hier, le blog a eu 6 ans. Je vous l'ai dit en mots et en images.
Merci d'ailleurs pour vos retours, vos message, votre affection. Ils me touchent beaucoup.
Pour continuer ces quelques jours, articles et mots autour de mon bloganniversaire, je vous livre une petite surprise, que j'ai préparée il y a déjà longtemps. Mais vous l'avez sûrement déjà vue !


Le lien de ma chaîne Booktube était déjà présent dans le menu de gauche et dans le menu déroulant en haut. Mais j'ai pour envie cette année (d'où la vidéo de dimanche, d'où cette modification) de faire clairement comprendre à vous qui me suivez que le blog et la chaîne sont inextricablement liés. Oui je suis sur YouTube et j'y parle bouquins, mais je suis avant tout blogueur. Oui, j'ai un blog sur lequel j'écris (plus ou moins) régulièrement, mais j'ai aussi une chaîne YouTube où je publie chaque semaine une vidéo pour parler de bouquins (entre autres).

J'espère que cela aidera. Et j'espère que cette petite nouveauté, que j'étais heureux de réussir à mettre en oeuvre, vous plaira.
Portez-vous bien.
 

Grâce à toi petit blog | 6 ANS

Cette semaine, il était censé y avoir beaucoup de chiffres sur le blog. Je n’ai pas eu le temps de les réunir et d’écrire dessus. J’ai peu de temps en ce moment. Mais l’autre jour j’ai écrit d’un seul trait cet article et je pense qu’il suffira.
Je vais quand même vous concocter quelques petites surprises pour cette semaine.
Ça a commencé dimanche sur YouTube avec une vidéo consacrée au blog.
Ça continue demain avec une petite surprise un peu particulière.
En attendant : Joyeux Anniversaire Le Cahier de Lecture de Nathan.


Alors choisissons un seul chiffre : j’ai, officiellement, commencé le blog il y a 6 ans, lorsque j’avais 13 ans. Officieusement, il a commencé plus tôt, sur Oldiblog/Kazeo, quand j’avais 12 ans et quelques. Ce qui veut dire, si vous me suivez, qu’il représente déjà près d’un tiers de ma vie.
Vous imaginez ? Un tiers. C’est énorme.

Et pourtant… Pourtant, ce que le blog, et tout ce qu’il m’a apporté, ne se limite pas à 6 ans, à un tiers de ma vie, à des statistiques et à des chiffres. Il représente tellement, tellement plus.

Sans lui, ma vie aurait été différente. Je ne connaîtrais même pas un dixième des gens que je connais aujourd’hui. Je n’aurais pas eu le même parcours, personnel et professionnel. Il manquerait des gens, des évènements, des souvenirs, des mots, des connaissances, des émotions, essentiels à ma vie et à la richesse dont elle jouit constamment – je dois le reconnaître.

Bien sûr, elle aurait été différente, cette vie déjà bien belle qui n’a pas fini de dérouler ses surprises, et peut-être qu’elle aurait été tout aussi belle et étonnante et réjouissante, je ne dis pas le contraire. Seulement, j’ai du mal à l’imaginer et je frissonne rien que de penser : et si ? Et si je n’avais pas postulé pour le Grand Prix des Lecteurs du Journal de Mickey ? Et si je ne m’étais pas pris de passion pour les blogs ? Et si je ne m’étais pas mis à écrire des critiques littéraires ? Et si je n’avais pas postulé pour le recrutement des chroniqueurs On lit plus fort de Gallimard jeunesse ? Et si je n’avais pas commencé à recevoir des services de presse ? Et si je n’avais pas continué à alimenter mon blog et à échanger avec des gens ? Et ainsi de suite…

Grâce à toi, petit blog, j’ai découvert, vu, visité, adoré tant de lieux, de librairies, de salons du livre, de maisons d’édition aussi, et autres endroits insolites.
Grâce à toi, petit blog, j’ai connu, découvert, aimé, aimé, aimé, tellement de livres et d’objets culturels tous plus fascinants et enrichissants.
Grâce à toi, petit blog, j’ai connu, discuté avec, rencontré, interviewé, contacté un grand nombre d’auteurs, français bien sûr, mais aussi anglais, canadiens, australiens, américains…
Grâce à toi, petit blog, j’ai discuté et rencontré beaucoup de libraires adorables, enrichissants, admirables, passionnés, réjouissants.
Grâce à toi, petit blog, j’ai aussi rencontré, suivi, harcelé, échangé avec, contacté, connu, aimé tellement d’éditeurs tous plus productifs, captivants, magnifiques ou touchants les uns que les autres.
Grâce à toi, petit blog, je me suis forgé une connaissance, je dois le dire, assez forte de la littérature jeunesse.
Grâce à toi, petit blog, je me suis fait une petite place dans le monde du livre et de l’édition. Et si tu savais le nombre de portes qu’il m’a ouvertes pour mes études, mes stages ou de nombreuses opportunités. Tu en rougirais de joie.
Grâce à toi, petit blog, il ne manque pas à ma vie des dizaines et des dizaines d’amis. Des lecteurs, des blogueurs, des booktubers, des abonnés, des auteurs et des professionnels aussi, des personnes comme vous, comme moi, qui ont croisé ma route et dont je me suis plus ou moins rapproché. Parmi ces personnes, il y en a qui me sont désormais essentielles, et j’insiste sur ces mots, ces personnes sont essentielles à celui que je suis et cela dépasse les mots, les livres, internet et tout le reste.
Grâce à toi, petit blog, j’ai changé, j’ai grandi, je me suis épanoui, et j’en suis là. Tu en es là aussi. On en est tous les deux là, à cet instant, et on a encore beaucoup à parcourir.

Mais quoi qu’il advienne par la suite, et peu importent les chiffres et toutes ces choses pragmatiques, quoi qu’il advienne par la suite, petit blog mais aussi vous, lecteurs, visiteurs, commentateurs, abonnés, je dois te – ainsi qu’à vous tous – dire merci.

Il a fallu 6 ans (un peu moins oui, et bientôt plus, mais on en est là tous les deux) pour qu’on devienne chacun ce qu’on est aujourd’hui et c’est un parcours que je ne regrette pas d’avoir suivi. Même s’il y a eu des doutes, des erreurs, des obstacles, des déceptions, des difficultés, des pauses, des pas en arrières et des ralentissements. On a vécu tout ça, on en est là, on s’est accroché, on a persévéré et ça valait le coup, zut, ça valait le coup.

Quand je vois que tu grandis, jusqu’à parfois dépasser mon contrôle, et que tu m’apportes chaque jour surprises, étonnements, bonnes nouvelles et perspectives. Quand je vois les horizons qui s’ouvrent et se déploient grâce à toi. Quand je vois que je ne suis plus le seul à venir me blottir de temps en temps dans ce petit coin de Toile. Quand je vois tout ça, je frémis. Et je crois que toi avec.

Longue vie à toi, petit blog. Et merci.

Douce solitude

La semaine dernière, j'ai failli à l'une de mes résolutions, puisque le blog est resté solitaire, vierge de mes mots et donc des vôtres. Je n'ai pas eu trop de temps : j'ai fini un stage, fêté un évènement, pris du bon temps, justement. Et je n'en ai pas non plus vraiment eu l'envie. Plusieurs jours j'ai failli m'y mettre, me disant allez, je vais écrire sur le blog, ne pas faillir à cette résolution. Mais il y a eu des empêchements, ou des nouvelles, ou des mots qui sont tombés et l'envie n'était pas là. Mes doigts étaient solitaires sur le clavier, un peu déconnectés du coeur et de la tête.
Je n'allais pas à me forcer, ce n'est pas le but de ce blog.
Alors me revoilà, vous voyez, je ne suis pas parti longtemps, j'ai juste vécu un peu seul sans vous pendant quelques jours, comme cela nous arrive tous.

Et si je vous parle solitude et m'apprête à le faire tout le long d'un article, ce n'est pas par tristesse, lourde solitude, lamentations ou mal-être. Non, bien au contraire. C'est juste parce que c'est un thème qui me traverse en ce moment, de différentes façons, et que j'ai envie de lui offrir quelques lettres. Les voici.

La solitude elle s'est fait une petite place dans ma vie ce mois-ci. Parce qu'il y a eu un stage, des cours en suspens, des départs, des au revoir et des kilomètres mis entre des gens. Ça m'a fait un peu bizarre, oui, parce que je n'avais jamais vécu aussi longtemps seul. Mais vous le savez sans doute, la solitude, je ne lui connais pas de meilleure parade que l'occupation. Et moi, vous le savez sans doute, l'occupation, je sais la trouver. J'en parle d'ailleurs dans ma vidéo En ce moment, que vous avez beaucoup aimée. Vous me l'avez beaucoup dit, ça m'a beaucoup touché. J'aime goûter le temps dans l'encre, dans le noir d'une salle, dans les images d'une histoire, dans la musique, dans l'écriture et les tournages, dans votre compagnie ou celle de mes amis, de ma famille, des gens qui m'entourent.

Le noir d'une salle et les images, j'en ai beaucoup profité ce dernier mois. J'ai vu un amour éperdu, une fratrie désespérément accrochée à la vie et au vent, une enquête où tout tombe, des animaux qui rêvent en grand... et une jeune femme solitaire. Vous voyez de qui je parle ? Oui, je pense à Solange te parle. Cette YouTubeuse originale, touchante, intimiste, bizarre, absurde, rigolote, rassurante, qu'on aime... ou pas du tout. Moi, je l'aime, Solange. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que je vous en parle, je crois.

Elle vient de sortir un film. Il est n'est proposé que dans quelques salles françaises, c'est une petite production, une petite diffusion, un film court. Mais j'ai eu la chance de le voir à Bordeaux. J'ai été surpris. Tout en ne l'étant pas. Parce qu'on reconnaît Solange dedans : l'exigeante, l'originale, l'intimiste, l'absurde, la rigolote, la bizarre, la touchante, la rassurante. J'ai été ému et séduit. Mais suis un peu resté sur le bord aussi. Comme la pièce tordue, apaisante, intimidante et doucement jolie d'un appartement. On la regarde, on l'aime, mais on ne sait pas trop comment entrer, ni comment en sortir. Malgré tout, il continue à m'habiter, ce film. Maintenant. Maintenant et depuis que, sur mon vélo, la nuit, sous les étoiles et dans le froid, je l'ai laissé couler en moi juste après l'avoir vu. Juste avant de retourner à ma petite solitude momentanée.

La solitude de Solange et la mienne sont différentes, car la sienne est, le veut-elle, durable et la mienne momentanée et bien moindre. Mais sans doute m'y suis-je entraperçu. Sans doute ai-je pu toucher du doigt ce qu'elle nous dit : être seul fait autant de mal que de bien.

"Il faut sortir. Voir ses amis. Et attendre que ça revienne." dit Fauve dans une de ses chansons. C'est pourquoi j'ai fêté jeudi soir la St-Patrick et que j'ai bu des rires dans la nuit verte. C'est pour ça, aussi, que j'ai été flâner à l'autre bout de Bordeaux dans une bouquinerie hier, avec une amie. J'y ai déniché cet album, ce petit morceau de fraîcheur, de chaleur et de beauté :


"Autrefois, parmi les jonquilles du mois d'avril, on pouvait compter Papi et Pépé. Mais, depuis bien des années, leurs fourrures rose et bleue ne fleurissent plus les prés. Les souvenirs colorés remplissent mes idées, dansent et se cognent dans ma tête. Si bien que, parfois, je ne sais plus m'y retrouver."

Alors, le petit ours invente un jardin "aux couleurs de Papi et Pépé. Un endroit où souffler, respirer et se retrouver". Et je crois que c'est réussi. L'ours nous emmène du bout de la patte visiter ce jardins de souvenirs où fleurissent dans les herbes des bulles du passé. Il dessine des images. Des images qui vibrent sous des dessins à la minutie sans pareil et aux couleurs du passé. Des images qui naissent sous des mots simples et sincères. Des mots simples tissés les uns avec les autres pour former un texte d'une richesse, d'une sensibilité et d'une rareté précieuses. L'alchimie entre les deux est naturelle, elle transperce les yeux et le coeur. Et on a envie de faire de cet album notre petit jardin secret : un endroit où souffler, respirer et se retrouver.
Pour, finalement, faire comme l'ours. Garder au chaud tous nos souvenirs, où comme l'écrivait Solange, la perfection existe, garder au chaud sa solitude si confortable, garder au chaud sa tendresse et son amour. Et prendre le chemin de la vie et des autres.

" La vie et les autres l'attendaient dehors." Timothée de Fombelle, La Bulle (Gallimard jeunesse, 2015)

Alors voilà, alors qu'en partant pour le Salon du livre de Paris, je vais mettre fin à cette solitude momentanée ; je profite de ces derniers instants de calme, avant le retour d'un tourbillon de tout plein de choses. L'appartement est propre. Les fenêtres sont restées ouvertes toute l'après-midi. Le vent et le ciel bleu portent un froid parfum d'été. J'ai un plaid sur les épaules. J'ai mis ma playlist apaisante. J'ai lu des albums et je vous écris. Le soleil commence à descendre sur les toits.

Portez-vous bien.